L’Université de Pau décroche un précieux label

By  |  0 Comments

Seuls 8 campus en France ont été sélectionnés comme I-Site, dont l’UPPA autour de la transition énergétique et environnementale, avec les partenaires industriels. De quoi accroître sa visibilité et obtenir un capital-donation de 300 millions d’euros pour la recherche.

I-Site, acronyme de « Initiatives Science Innovation Territoire Economique » est un label porté par le ministère de l’Education, décerné par un jury international, parmi les plus recherchés par nos universités, décerné uniquement à celles valorisant des atouts scientifiques reconnus, en partenariat avec le monde économique.

Pour candidater, l’UPPA avait déposé en novembre dernier son dossier, intitulé « Projet E2S (Energy Environment Solutions) portant sur la thématique de la transition énergétique et environnementale, en synergie avec ses partenaires industriels, Total, Arkema, TIGF et Safran-Turbomeca, académiques (CEA, CNRS, Université du Pays basque et Université de Saragosse), pour les principaux.

Il s’agissait de mobiliser les équipes de recherche autour de problématiques liées à la transition énergétique, aux géo-ressources, aux milieux aquatiques et aux effets sur l’environnement des changements naturels et anthropogéniques, en cohérence avec le développement en recherche et innovation des grands groupes partenaires. Avec comme objectifs de lever les verrous scientifiques identifiés, tels le stockage du CO2, la production de biogaz, les batteries du futur, ou le développement de l’avion tout électrique.

Trois mois après avoir déposé son dossier, l’UPPA vient de recevoir la bonne nouvelle : elle est désormais labellisée, ce qui lui octroie un sacré prestige supplémentaire, en particulier à l’étranger, tout comme des rentrées financières d’importance : environ 7 millions d’euros annuels. Et au bout de quatre ans, si le cahier des charges a été respecté, un capital-donation de 300 millions d’euros. De quoi permettre à l’UPPA d’embaucher de nouveaux chercheurs (60 sont annoncés), de créer une vingtaine de chaires (contre quatre en ce moment) et de faire passer les effectifs des chercheurs à 800 dans quatre ans (contre 500 aujourd’hui).

Félicitations donc à l’UPPA !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.