Témoignages de Duos / Solidarité

Covid-19 : Presse Purée solidaire plus que jamais pendant la crise sanitaire

En cette période particulière de confinement, l’équipe du « Logement Intergénérationnel Solidaire » de Presse Purée s’organise pour rester disponible par téléphone au 06 83 51 66 92 ou par mail à pressepuree.logement@gmail.com, et pour prendre régulièrement des nouvelles de ses membres.

Avec la fermeture des écoles et des universités, des étudiants hébergés sont rentrés dans leur famille, en gardant malgré tout le lien avec leur hébergeur, mais d’autres ont fait le choix de rester chez leur senior accueillant, pour vivre à deux cette épisode compliquée.

Dans tous les cas, hébergé, hébergeur et leur famille coopèrent pour trouver les solutions les plus adaptées et ne laisser personne dans la difficulté.

En cette période de confinement propice à l’isolement, restons plus que jamais solidaires !

Témoignages de duos

Ginette et Kim

Ginette et Kim

« C’est la première fois que je vis la cohabitation intergénérationnelle, et j’avoue qu’avec Ginette, il y a que de bons souvenirs. C’est aussi rassurant pour moi qui suis loin de ma famille de savoir que je peux compter sur quelqu’un en cas de problème »

« La cohabitation intergénérationnelle, j’aimerais la continuer tout au long de mes études et pourquoi pas plus tard en tant que senior ! C’est une vraie opportunité, une vraie richesse sociale de découvrir une nouvelle personne à chaque expérience », Kim, 21 ans.

« J’aime bien avoir de la compagnie. Je suis très bavarde, j’ai besoin de parler, surtout depuis le décès de mon mari, car je passais des jours sans voir personne. Et grâce au fait d’accueillir des jeunes à la maison et de parler avec eux, j’ose poser davantage de questions à mes petits-enfants, et je m’intéresse à d’autres choses qu’avant », Ginette, 84 ans.

*****************************************************************

Chamsia et Jeanine

« J’ai choisi ce type de logement pour ne pas être seule, car ma famille est à Mayotte, et que j’aime la compagnie. Et cela rassure aussi mes parents de me savoir chez Jeanine, eux qui sont si loin…

Nous vivons une expérience humaine unique. Au début il y avait un peu d’appréhension, mais très rapidement Jeanine et moi avons appris à nous connaître. Nous voulons toutes les deux que tout se passe pour le mieux et sommes attentives aux besoins de l’une et de l’autre. Notre cohabitation est riche en partage : repas, discussions autour d’un thé, courses… L’autre jour, nous avons même été à l’aquagym ensemble ! », Chamsia, 19 ans.

« Cette cohabitation demande délicatesse et ouverture de part et d’autre car nos habitudes de vie sont différentes. Les jours passants, nous avons appris à nous connaître, puis à nous apprécier. Chamsia est à la fois « mes jambes » et « mes bras » et surtout… mon rayon de soleil. Elle m’aide à traverser cette période difficile où je suis fatiguée… Avec elle, j’ai retrouvé le plaisir de discuter, de bavarder», Jeanine, 86 ans.

*****************************************************************

Estelle et Henry

Estelle et Henry

« Henry est très gentil, nous nous entendons très bien. Je sais que je vais passer une belle année à ses côtés ! », Estelle, 26 ans.

« Estelle est une perle ! Elle est très discrète et respectueuse, je ne l’entends même pas démarrer sa voiture le matin quand elle part en cours », Henry, 84 ans.

*****************************************************************

Renée et Marion

Renée et Marion

« La cohabitation intergénérationnelle m’a apporté beaucoup. Le fait d’avoir trouvé cet hébergement par le biais de Presse Purée m’a considérablement aidée à réussir mon projet de reconversion. Pour moi, ça a été une évidence et un grand plaisir de pouvoir partager ce petit bout de chemin avec Renée qui est devenue ma mamie de substitution, voire une amie. Alors certes, elle a son petit caractère mais c’est aussi pourquoi je l’aime ! », Marion, 33 ans.

« Marion est très gentille. Et c’est la reine de la pâtisserie ! Moi qui suis gourmande, elle me prépare souvent des petits biscuits ou des gros gâteaux. Quel plaisir de prendre le goûter ensemble en papotant ! », Renée, 89 ans.

*****************************************************************

Annie

« Je suis vraiment ravie d’accueillir Léna chez moi depuis septembre : elle est un rayon de soleil et a toute sa place à la maison», Annie, 65 ans.

*****************************************************************

Monique

« D’une certaine manière, j’ai choisi la cohabitation intergénérationnelle car je venais de me retrouver seule suite au décès de mon mari il y a six ans. Grâce à Jean-Marie, j’en oublie que je suis âgée. Parfois, les gens disent de nous que l’on se comporte comme un vieux couple», Monique, 94 ans.

*****************************************************************

Sarah

« Pour les étudiants qui, comme moi, n’ont pas les moyens de se loger dans un appartement, c’est un excellent moyen de trouver un toit… et de la compagnie ! Je dispose d’une chambre chez « Mamita » et on partage les parties communes (cuisine, salon…). « Mamita » m’a ouvert sa porte, et en contrepartie, je l’aide à ouvrir et fermer les volets, à descendre les poubelles… et surtout nous partageons notre repas le soir pour discuter des événements de notre journée. Pour moi, c’est comme une seconde maison, avec tout le confort et la chaleur familiale, ce que je n’aurais pas seule dans un appartement ou dans une chambre d’étudiant », Sarah, 19 ans.

*****************************************************************

Colette

« Je me suis tournée vers la cohabitation et adressée à l’association pour avoir de la compagnie. Et l’idée d’aider une étudiante pendant ses études me plaît. C’est une vraie présence affective et cela m’apporte une sécurité au quotidien. Il y a un partage humain plus que matériel. Elle me nourrit de son jeune esprit, de sa gentillesse, de tout quoi ! Je l’aime très fort, je ne veux pas qu’elle s’en aille », Colette, 86 ans.

*****************************************************************

Camille

« Avant d’arriver à Pau pour mes études, je vivais dans un petit village des Landes. Quand je suis partie pour l’université de Pau, mes parents avaient un peu d’appréhension, mais ils ont vite été rassurés de savoir que je n’habiterais pas toute seule et dans un cadre calme », Camille, 20 ans.

*****************************************************************

Témoignage de Patrick et Carole, parents de Samuel, 19 ans, hébergé :

« Ce qui a été rassurant, c’est de pouvoir contacter l’association pour toute question, d’avoir toujours le même interlocuteur qui assure un suivi et s’entretient régulièrement avec le duo.

Pour notre fils Samuel, c’était une manière de se loger à moindre coût, mais c’était surtout rassurant pour nous – et pour lui – de savoir qu’il ne serait pas tout seul pour cette année de formation à Pau et qu’il ne souffrirait pas de solitude. »

Sur le même sujet